Autumn Ahn

Documentation as Poetic-Witness

Harvard University, Department of Philosophy
Ecole Normale Superieure, Institut Jean Nicod

(video trailer: Alyssa Erspamer)

Documentation as Poetic-Witness: Immersive Listening & Secondary Poetry Workshop

Documentation as Poetic-Witness: Immersive Listening & Secondary Poetry Workshop

In this workshop, we will use listening and writing as a form of complex “secondary” poetry. “Secondary” in this case, meaning a peripheral consciousness. Using rapid association, this technique allows the senses to take precedent to the consciousness. Akin to the “automatic writing” practices developed by the Surrealist & Dada-ist art movements of the early 20th century, also recognized and employed by early psychologist philosophers such as William James and writers such as Gertrude Stein, this immersion practice makes use of available information to inform control and release control of the artistic mind.

Background: This workshop is emblematic of the kind of disengagement practice I use to cross disciplinary thresholds. Used as a release mechanism, its focus creates alternative networks to access new perspectives while maintaining an introspective environment. There are other methods I employ to isolate different senses, this one is closely associated with listening and can be employed as a writing prompt. 


La documentation comme témoin-poétique : Atelier d’écoute immersive et de poésie secondaire 

Cet atelier propose un travail d’écoute et d’écriture comme forme complexe de poésie « secondaire » – « secondaire » signifiant dans ce contexte « conscience périphérique ». S’appuyant sur l’association rapide, cette technique permet aux sens de prendre le dessus sur la consience. Comparables aux pratiques « d’écriture automatique » développées par les mouvement surréaliste et Dada au début du 20ème siècle – pratiques largement reconnues et utilisées par des pionniers de la psychologie philosophique tels que William James et par des écrivains telle que Gertrude Stein – cette métode d’immersion s’appuie sur les informations disponibles pour prendre consience du contrôle de l’esprit artistique et des moyens de l’en libérer.

Cet atelier est emblématique des pratiques de désengagement que j’utilise pour dépasser les limites disciplinaires. Comme mécanisme de libération, il se concentre sur la création de réseaux alternatifs donnant accès à des perspectives nouvelles tout en maintenant un environnent introspectif. J’use d’autres méthodes pour isoler mes différents sens – celle ci est associée a l’écoute et peut être utilisée comme élément déclencheur pour un travail d’écriture.